Rouge ou orange – Carottes à l’indienne (Baghare Gajar)

Lutsubo est de retour, après avoir fait le plein de saveurs, de couleurs et d’odeurs lors d’un voyage en Asie… En attendant quelques recettes vietnamiennes (entre autres…), je vous propose aujourd’hui un plat indien de légumes tout simple, rapide et pourtant très parfumé : un vrai remède contre la grisaille ambiante.
C’est une recette originaire d’Hyderabad, ville située au centre de l’Inde (à la « frontière » entre le nord et le sud, précisément). Elle est inspirée de ma bible de cuisine indienne, India Cookbook, dont j’ai déjà parlé, et son nom original est Baghare Gajar. Elle est à base de carottes, un des légumes rois de l’hiver chez nous, et j’y ai ajouté une autre racine, une petite betterave crue que j’avais sous la main, qui a donné au plat une couleur assez spectaculaire qui m’a bien  plu, mais ce n’est pas indispensable à la recette.
IMG_9883_LowRes
La plupart des ingrédients sont disponibles en épiceries indiennes ou asiatiques et en ligne. Les feuilles de curry (ou kaloupilé) sont très caractéristiques de la cuisine indienne. Attention, cela n’a rien à voir avec le curry en poudre ou en pâte. C’est une petite feuille, un peu comme le laurier chez nous, qui parfume les plats d’une note assez puissante et « musquée ».
En France, on en trouve séché assez facilement, même si le goût est moins prononcé que celui des feuilles fraîches. Si vous avez une épicerie indienne près de chez vous et que vous achetez des feuilles, vendues en petit bouquet, sachez qu’elles se congèlent très bien et gardent tout leur parfum.
Il n’y a pas vraiment de substitut au « curry leaves », le goût étant très particulier ; vous pouvez néanmoins faire la recette sans, juste avec du cumin et ce sera très bon ! Ne vous laissez pas effrayer par le piment, même si vous n’êtes pas familiers des plats épicés, le résultat final est modérément piquant. Bien sûr, ajustez à votre goût le cas échéant. Prêts ?
J’ai repris des photos lorsque j’ai refait cette recette (sans betterave), elle est donc illustrée avec les deux prises. 
Je vous raconte ?

lowres-1982

Recette mise à jour le 30 janvier 2021

Carottes à l’indienne (Baghare Gajar)

Ingrédients pour 3 / 4 personnes (pour un accompagnement)

  • 4 ou 5 belles carottes (et 1 petite betterave si vous voulez la belle couleur rouge)
  • 1 à 2 c à café de piment en poudre (chilli powder, pili pili ou Espelette…)
  • 1 à 2 c à soupe bombée(s) d’huile de coco
  • 2 piments entiers secs (facultatifs)
  • 1 c à café rase de graines de cumin
  • Quelques feuilles feuilles de curry
  • 1 c à soupe de noix de coco râpée (non sucrée !) fraîche ou sèche (pour le service)

lowres-1960

Préparation

Placez les carottes (et la betterave) épluchées et coupées en morceaux dans une casserole avec environ 200ml d’eau (les carottes doivent être juste couvertes), ainsi que le piment en poudre et une pincée de sel.

Faites cuire à petits bouillons entre 10 et 15 minutes : les carottes doivent être tendres et l’eau entièrement évaporée ou presque.

Dans une petite cocotte ou une poêle, faites fondre le ghee à feu moyen et ajoutez les épices : piment sec entier, feuilles de curry et graines de cumin.

Faites revenir 1 minute, le temps de sentir un bon parfum vous chatouiller les narines et de voir le piment sec foncer un peu. Ajoutez alors les légumes bouillis et le reste de piment en poudre ;  faites revenir une ou deux minutes et c’est prêt.

Servez bien chaud, saupoudré de noix de coco râpée (et réhydratée si celle que vous utilisez et sèche).

Bon appétit !

Si cette recette vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire, à cliquer sur le bouton « j’aime » et abonnez-vous pour recevoir les prochaines recettes… Ici et sur Facebook.  Suivez aussi Lutsubo sur Instagram

carottesvégétarienindecarottesindeépices

5 réponses à “Rouge ou orange – Carottes à l’indienne (Baghare Gajar)

  1. Pingback: Trois recettes pour un brunch indianisant | Lutsubo·

  2. Pingback: Lutsubo s’envole… | Lutsubo·

  3. Pingback: Pleine saison – Carottes au cumin et à la menthe | Lutsubo·

Laisser un commentaire